En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Russe

Russe : Bienvenue

Par Admin Les Chalets, publié le jeudi 21 mai 2015 12:18 - Mis à jour le vendredi 18 mars 2016 16:04

Pourquoi apprendre le russe ?

 Moscou et Saint-Pétersbourg sont à seulement trois heures d’avion de Paris.
- 150 millions d’habitants en Russie, 300 millions en ex-URSS utilisent le russe comme langue de communication.
-  La Fédération de Russie siège au Conseil de l’Europe. Elle fait partie du G8 et du Club de Paris. Le russe est l’une des 5 langues officielles à l’ONU et à l’UNESCO.
- Avec 150 millions de consommateurs, la Russie attire les hommes d’affaires, les entreprises de production et de services. On a besoin de spécialistes parlant le russe dans tous les domaines : économie, gestion, droit, sciences et techniques, coopération spatiale, médicale et culturelle.

C’est difficile le russe ?

Comme en français, beaucoup de mots viennent du latin ou du grec, c’est une langue indo-européenne. Le russe se développe au rythme de l’économie de marché et fait de nombreux emprunts aux autres langues européennes.

Sa prononciation ? Les principales difficultés dans la prononciation sont le "R" roulé et le "kh" (en russe : la lettre "X", prononcez "kh").

L’alphabet ? Il est différent, c’est vrai, mais l’apprendre est un véritable jeu : il est acquis en quelques heures.

Les déclinaisons ? Langue à déclinaison comme l’allemand ou le latin, le russe n’en reste pas moins une langue logique ou les exceptions à la règle sont logiques et simples à comprendre. Pour un étranger, le français est une langue plus difficile que le russe !

Emprunts de mots étrangers ? En connaissant l’alphabet, vous serez tout de suite à l’aise. Le russe, comme toutes les langues, évolue très vite et les emprunts aux langues étrangères sont importants (restaurant, taxi, métro, computer, shoes,... sont les mêmes mots en russe).

Faire du russe au collège ou au lycée ou bien, plus tard, est une chance car les effectifs dans les classes sont réduits, et c’est un véritable plaisir de suivre les cours d’un professeur natif.